Il est incontestable que l’épidémie de Coronavirus a semé des troubles un peu partout. Eh oui, tous les secteurs sont touchés, notamment les centres d’appels. Par exemple, Teleperformance n’a pas échappé aux inconvénients de ce virus. À Belfort, ce groupe comptant pas moins de 331 000 collaborateurs répartis dans 80 pays, emploie près de 200 salariés.Toutefois, il a été critiqué pour sa manière de gérer ce virus au sein de ses locaux belfortains.

C’est ainsi que le 18 mars dernier, au moins 20 de ses employés se sont mis en grève. Accusant un manque de précautions dans leurs conditions de travail, ils se sont rassemblés devant leurs locaux àTechn’Hom. Voyons les détails de cet incident.

Les raisons évoquées par les grévistes deTeleperformance

Pas de postes fixes et le travail doit être exécuté en open-space. Puis, il y a l’obligation d’utiliser le poste qu’un autre salarié a occupé la veille et de badger manuellement. Certes, des mesures ont été prises comme le fait d’engager une personne pour le nettoyage. Malheureusement, elle s’occupe de désinfecter les poignées de porte ou les postes avec une seule lingette. De plus, la personne ne porte pas de gants. Telles sont, entre autres, les conditions à risque que déplorent les employés représentés par le délégué syndical SUD, Benjamin Cerutti.

Des requêtes pour que Teleperformance prenne des mesures sécuritaires

Ainsi, cette grève vise à éviter les contaminations sur les lieux de travail. Par exemple, les employés ne veulent plus avoir à badger. Ils demandent donc l’ouverture permanente des portes de sécurité. Il y a aussi la demande de passer au télétravail. Effectivement, comme c’est une mesure mise en avant par l’État, le moment est on ne peut plus approprier pour l’appliquer.

Teleperformance : un silence qui fâche

Malheureusement, les demandes des employés semblent être tombées dans l’oreille d’un sourd.Eh oui,la direction a non seulement refusé de considérer cette requête, mais elle a fait intervenir les forces policières. On a reproché aux grévistes de s’être regroupés devant le site. C’est quelque peu ironique quand on pense que dans les locaux, ils sont à approximativement 50 personnes par plateau.

En outre, le mécontentement du syndicat Sud s’est fait sentir face au silence du groupe Teleperformance. En effet, un droit d’alerte pour danger grave et imminent lui a été envoyé. Or, ces sollicitations n’avaient pas trouvé d’échos.

Teleperformance : les réactions tardives, mais radicales

Le23 mars 2020, après l’incident avec ses employés, Teleperformance a décidé de réagir. En effet, la plateforme d’appels a fait circuler un communiqué indiquant que des mesures d’urgence allaient être prises. Ainsi, le télétravail ou encore les solutions digitales seraient mises en place. Le but étant de s’assurer que les activités de ses clients ne connaissent pas d’arrêt. Bien entendu, tout devait se faire en respectant les normes et certifications liées à la sécurité en vigueur.

Situation actuelle chez Teleperformance

Était-ce exagéré de la part des employés de débrayer de cette façon ? Eh bien, le lendemain de cette grève, on constate que non malheureusement. En effet, le Covid-19 a peut-être contaminé une employée à Teleperformance Belfort.Placée en arrêt maladie, cette dernière pourrait faire partie des nombreuses personnes touchées par le virus, suspecte son médecin.

Du coup, le call center a désinfecté le site et a fermé les locaux. À ce jour, les portes toujours closes du centre inquiètent certains salariés. D’autant plus que neuf autres sites ont déjà rouvert après avoir été désinfectés.

Quant à l’ultime requête de Benjamin Cerutti, à savoir, le « télétravail pour tous », elle semble avoir été entendue. En effet, la direction s’active à organiser la généralisation sur les activités LIDL et EDF.

D’autres cas de mesures contre le Covid-19 dans les data centers

Vous l’aurez compris, il y a encore des centres de contact où le travail se poursuit dans les locaux. Par exemple, il y a Comdata à Chalon-sur-Saône à qui de nombreuses entreprises telles qu’Orange, confient leur service client.

Une des mesures prises par cette société a été d’ouvrir en permanence les portes habituellement verrouillées par un lecteur de badge. L’un de ses téléconseillers a d’ailleurs expliqué que le travail dans les locaux se poursuit. Cependant, les conditions sanitaires sont respectées, car des lingettes désinfectantes sont procurées à ceux qui y sont présents. Heureusement, pas de cas de Covid-19 n’a été signalé jusqu’ici.

Informations supplémentaires

Alors, il est vrai que le télétravail semble être la solution adéquate du moment. Néanmoins, sa mise en place peut prendre du temps. C’est pourquoi la direction des centres de contact doit s’assurer que toutes les précautions sont prises pour les employés. Gels désinfectants, lingettes, etc., doivent être mis à leur disposition. Vous avez besoin de conseils à ce sujet ? Appelez-nous au 09 70 71 83 00 ou écrivez-nous directement sur notre page Web.

 

Article source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/coronavirus-covid-19-centres-appels-critiques-leur-gestion-epidemie-1806356.html